SKATEBOARD ET HAUT NIVEAU

Suite à l’annonce de l’intégration du Skateboard au programme Olympique, le ministère en charge de la jeunesse et des sports a naturellement demandé à la fédération délégataire (et donc la CNS) de se saisir du dossier Sport de Haut Niveau (SHN). La priorité a été d’identifier les différents skateurs susceptibles d’intégrer le listing ministériel de sportifs de haut niveau.

14 riders bénéficient de ce statut qui permet de profiter de nombreux avantages, comme par exemple l’aménagement de la scolarité pour pouvoir participer régulièrement à des compétitions, et disposer de suffisamment de temps pour perfectionner ses tricks avant les gros contests.

Pour en savoir plus sur le statut de SHN : http://sports.gouv.fr/…/sport-perform…/Sport-de-haut-niveau/

Nous cherchons à apporter un soutien spécifique, individuel et adapté aux besoins de chacun.

La Commission Nationale de Skateboard

Comment ces riders ont été identifiés et choisis?

Les disciplines retenues par le CIO sont le Street et le « Park Terrain » (entendez par là le Bowl présentant des aménagements particuliers…).

Il n’existe toujours pas à ce jour de circuits de compétitions faisant l’unanimité et étant reconnus comme LES circuits de référence. Toujours est-il que la Fédération Internationale de Skateboard (ISF) a reconnu la Street League et le Vans Park Series comme formats de compétitions susceptibles d’être au programme des jeux de Tokyo 2020.
En dehors de ces circuits privés et professionnels il nous est paru important de considérer les autres circuits internationaux légitimes tels que la WCS pour le Street (World Cup Skateboarding), et l’AIS pour le Bowl (Association of International Skateboarders).

Le Championnat de France est évidemment un filtre essentiel pour identifer les meilleurs espoirs notamment dans les catégories filles et jeunes (au classement général 2016).

Il est bien évident que tous les riders pressentis devaient être motivés à l’idée de peut-être participer un jour aux Jeux, sachant que l’ISF et le CIO ne sont, à ce jour, toujours pas en mesure de nous informer sur les futurs quotas de qualification Olympique par continent et/ou par nation.

Malgré une réticence de la part d’une certaine catégorie de skateurs (qui par ailleurs peut se comprendre), la grande majorité n’y est pas hostile et semble au contraire plutôt enthousiaste de pouvoir s’investir dans un tel projet.
En aucun cas ce listing n’est figé. Tous les ans, le ministère demandera à la CNS de justifier des résultats des riders à l’international (critère principal d’intégration sur liste).

Pour cette année, le ministère a accepté l’inscription sur liste de tous les skateurs présentés, même si des résultats à l’international pouvaient manquer dans certaines catégories.
Par conséquent, la liste sera renouvellée tous les ans en fonction des restrictions et recommandations ministérielles.
En outre, rien n’empêche à quiconque d’accéder à une reconnaissance de sportif de haut niveau via des résultats à l’international (résultats validés par la CNS), et à long terme, de – pourquoi pas – tenter de se qualifier pour les échéances Olympiques.